Écoute musicale à La Goulue: Hifi et enceintes acoustiques Alpha360

Un homme en plaque tournante, qui joue l’intermédiaire entre la musique enregistrée et …moi. Un Veveysan, M. Brand. Et son “bébé”, ses enceintes acoustiques Alpha360. Un lien Internet pour une première approche de cet univers sonore: http://www.alpha360.ch/index.htm

En préambule:

Nous avons toujours dit que La Goulue était un lieu réservé et dédié à la musique.

Nous vous détaillons longuement dans ce site Internet, riche de très nombreux développements, les diverses activités musicales qui s’y déroulent: les concerts, mais bien sûr aussi l’enseignement musical de Françoise, et encore les “Veillées à la maison”, souvent centrées sur des thèmes en lien avec la musique… Et plein d’autres activités encore, liées de près ou de loin avec les hôtes de La Goulue.

J’ai toujours insisté, dans de nombreux textes de présentation (acquisition des instruments de musique, contact avec les artistes se produisant à La Goulue, contacts avec l’Arménie, etc.), que pour moi, aucun achat lié à la musique n’est un simple geste consumériste, mais qu’il y a toujours eu une aventure humaine dans ma vie derrière chacun des principaux événements qui l’ont ponctuée.

Il est un domaine dans lequel on entre peu, dont on parle moins, parce que …c’est plutôt technique, voire jugé secondaire par certains, musicalement parlant, et pourtant !…

Certes, à La Goulue, nous avons l’avantage et le privilège d’écouter de la musique en direct, par les concerts, l’enseignement musical, les répétitions et le travail musical… -> Nos murs sont imbibés de musique comme des éponges…

Néanmoins, comme de nombreux mélomanes, dont nous sommes aussi, nous aimons à écouter de la musique faite par d’autres …ailleurs, et enregistrée sur divers supports sonores…

J’adore tellement la musique que j’en écoute beaucoup, et que j’ai accumulé une collection qui doit probablement avoisiner les 4’000 disques 33t., des vinyles, et environ autant de CD… Je disposais jusqu’à récemment, pour écouter ce trésor musical, d’une excellente chaîne Hifi (“haute fidélité” pour les débutants) de marque Quad, sauf que… sauf qu’elle a fourni près de 20 ans durant de bons et loyaux services, et que quelques accidents en ont mis à mal certaines composantes et que d’autres ont vieilli…

J’ai donc décidé que c’était le moment de partir à la quête d’un excellent “instrument d’écoute musicale”: aucune raison de chipoter sur ce matériel-là, lorsqu’on consacre d’innombrables heures à écouter des enregistrements, qu’on est musicien jusqu’à sa dernière cellule, surtout que j’ai la particularité de ne jamais me sentir saturé de musique…

Dans ces conditions, s’équiper d’un matériel assurant la meilleure restitution possible de la musique n’est pas un luxe: là où d’autres investissent dans de grands voyages, dans l’achat de belles voitures ou d’autres activités coûteuses, moi, c’est dans la musique que j’ai (presque) tout investi: des instruments de musique à clavier certes coûteux mais excellents, d’excellentes partitions de musique…, il était normal que je poursuive dans cette veine en cherchant du matériel qui m’enchante à l’écoute de ma vaste phonothèque, qui continue de grandir, même si à une cadence plus modeste… En plus, d’ici 8 ans, la retraîte… déjà ! Donc de longues heures supplémentaires d’écoute musicale potentielle !

Dans le vif du sujet…

Nous en arrivons enfin à l’aventure humaine qui a accompagné ce qui va suivre…:

J’avais entendu parler d’un homme étrange de la région, qui avait longuement cherché, cherché, jusqu’à mettre au point des enceintes accoustiques qui sont un peu le fruit combiné de quelques intuitions, de quelques certitudes et, à force d’essais, d’expérimentations, après plusieurs années, il avait pu réaliser son rêve et passer à la production de ses propres enceintes accoustiques (ou hauts-parleurs, ou “colonnes”, et autres termes utilisés pour ce type d’objet…).

J’ai donc pris rendez-vous avec M. Brand à Vevey dans son studio d’écoute, son laboratoire, soigneusement enfoui au 2d sous-sol d’une bâtisse presqu’en face du poste de police de Vevey…

Là, j’ai eu tout loisir d’essayer un peu tout le matériel qu’il avait à disposition, dont 3 types d’enceintes acoustiques différentes, et quelques amplis, préamplis et autres lecteurs de CD, platines pour vinyles, et j’ai finalement été entièrement conquis par l’un des trois modèles d’enceintes acoustiques testées.

C’est donc tout bon, on signe un chèque, on embarque les enceintes, une bonne poignée de mains et au-revoir, je vais brancher tout ça à la maison en rentrant ? Que nenni non point…

On n’en était qu’au début un long processus de choix, de combinatoire d’appareils divers, mais aussi, il faut bien l’avouer, de calculs de budget personnel, parce qu’on ne fait pas l’acquisition d’un tel équipement en sortant quelques billets de 100 francs bien sûr !

Mais pas seulement: lorsqu’on étudie et qu’on décompose toute la “chaîne” de composantes qui partent de la prestation de musiciens dans un espace donné, jusqu’à l’écoute, chez soi, de ce qu’ils ont joué… il y a quelque temps déjà, on découvre que cette chaîne est longue, qu’elle fait appel pour chaque étape à tout un matériel, mais surtout que chaque élément de cette chaîne joue un rôle plus ou moins important: il contribue à éviter que la musique d’origine arrive aux dernières oreilles, celles de l’auditeur, comme un message transmis par le “téléphone arabe”: très déformé et plus ou moins éloigné du message d’origine…

Certes, au moment de rencontrer un spécialiste de Hifi, il nous manque les premières étapes: le lieu d’enregistrement, la prestation des artistes, l’enregistrement, le montage, mixage, masterisation, production “industrielle” aboutissant à la “rondelle” finale, actuellement le CD, qu’on écoutera chez soi. Mais il reste encore beaucoup de choix possibles, puis de réglages fins, pour s’approcher aussi près que possible de l’intention musicale de départ.

Et là, à l’ordre du jour, ce n’est pas du “prêt-à-porter”: c’est du sur-mesure ! On choisit chaque composante, et cela implique également le choix des cables reliant tous les éléments de la chaîne, chaque maillon de la …chaîne ayant son rôle spécifique à jouer.

J’ai donc dû apprendre d’abord un peu de vocabulaire, à partir de là comprendre peu à peu concrètement à quoi il renvoie, ce vocabulaire, puis de comprendre comment tous ces éléments fonctionnent, l’apport de chacun, puis essayer diverses combinaisons, en débarquant au studio bardé de CDs voire de vinyles qu’on connaît bien pour écouter ce qu’ils deviennent, placés à l’une des extrémités d’une chaîne d’appareils. Petit-à-petit, on fait son choix, on teste le maximum de composantes possibles et on ouvre tout grand ses oreilles pour tenter d’écouter: la restitution des timbres d’instruments ou de voix, la dynamique musicale, les attaques de sons, l’équilibre des fréquences sonores, et j’en passe…

Finalement, mon choix s’est fixé sans trop d’hésitation sur les premiers éléments à acquérir: les enceintes acoustiques et au moins un préampli. Au départ, M. Brand m’a proposé de tenter de récupérer, de mon ancienne installation Hifi de marque Quad le préampli, l’ampli, le lecteur de CD et le Tuner (radio).

Mais au fil des essais, il s’est hélas avéré que ces anciennes composantes, de plus de 20 ans d’âge, “technologiquement parlant”, ne s’intégraient que difficilement dans une nouvelle chaîne… Le tuner générait des perturbations sonores provoquant des grésillements dans les enceintes acoustiques. Puis le préampli s’est avéré être finalement en assez mauvais état, presque toutes les prises externes étant devenues “flottantes” ou les contacts oxydés: si on bougeait les cables de connexion, cela générait un gros bruit et en fonction de la position des cables, le son était différent… Il a fallu renoncer à conserver le préampli. L’ampli, certes, semblait pouvoir s’adapter à la nouvelle chaîne, mais celle-ci requiert l’usage d’au moins …2 amplis ! On a finalement trouvé un élément parfaitement concluant combinant heureusement un ampli + préampli, donc voilà nos 2 amplis “en poche”. Mon actuel lecteur CD était de bonne qualité, on a pu l’intégrer sans problèmes aucun à la chaîne…

…et voilà le matériel transbordé des sous-sols veveysans dans notre salon, et là encore, le montage, la mise en place des câbles, l’emplacement optimum des enceintes à trouver, des autres éléments de base de la chaîne de même, nous pouvions mettre le tout en service, enfin !

Enfin presque… : M. Brand devait encore régler de manière optimum les enceintes en fonction de l’espace et de l’acoustique de notre vaste rez-de-chaussée. Là heureusement, je m’en doutais d’ailleurs, l’acoustique de La Goulue s’est révélée à la hauteur de ce que nous avions constaté lors des concerts: le bois est un matériau qui convient idéalement à la musique de salon… Donc les réglages se sont fort bien passés…

Il y a encore eu quelques mauvaises surprises: un certain grésillement résiduel subsistait dans les enceintes acoustiques: il fallait en trouver l’origine. Ce matériel, si performant, s’avère dans ces cas d’une extrême délicatesse quant à son usage: il est ultra-sensible, par exemple, aux perturbations générées par d’autres ondes: wifi notamment (nos maisons équipées de matériel modernes s’avèrent être devenues un immense noeud d’ondes électromagnétiques).

J’ai fini par trouver la cause ultime des derniers grésillements: notre téléphone mobile d’appartement ! La “base” de ce dernier était placée assez près de la chaîne, et il a suffi de la déplacer de quelques dizaines de centimètres pour faire presque entièrement disparaître ces bruits indésirables.

Et là, oh merveille, la musique s’est soudain imposée. Magnifique, la sonorité est somptueuse, sans excès de graves, et c’est essentiel dans la musique classique: pas de vile flatterie pour les oreilles, et on tombe vite dans le piège avec des graves profondes, qui nous laissent croire que l’orchestre dispose de 8 contrebasses et de 15 violoncelles ! Il faut un excellent équilibre entre les basses, le médium et les aigus. On était très proche de l’idéal !

Une des autres fantastiques découvertes: M. Brand a tenu à tout prix, et ça explique le nom de ses enceintes acoustiques: Alpha360, changer le mode “directionnel” des enceintes acoustiques traditionnelles. Il s’agissait que chaque enceinte puisse diffuser la musique à …360° d’angle, soit tout autour… Comment faire, avec des “colonnes” qui ont des membranes placées sur un côté, et diffusant le son horizontalement ? Il a choisi de diriger les membranes, donc le son, vers le haut; et c’est ainsi que, perché sur une pyramide en bois, tenue suspendue au-dessus de la membrane des medium et au-dessous de celle des aigus, une pièce en bois en forme, en quelque sorte, de toupie à 2 pointes, renvoie le son projeté par les membranes tout autour, comme ces éclairages de discothèques sous forme d’une boule à multiples petites surfaces réfléchissantes, contre lesquelles on dirige des rayons laser de couleur, et la boule tournant, elle redistribue les rayons lumineux dans toute la salle.

Dans le cas des enceintes de M. Brand, le son est projeté dans tout l’espace, et on se croit vraiment dans une salle de concert, c’est assez impressionnant !

Nous avons eu la chance de pouvoir tester cette nouvelle installation en public juste quelques jours après les derniers réglages: nous avons accueilli le samedi 25 février une “Veillée à la maison” sur le thème: “la femme dans la chanson française”. Chaque participant était invité à amener un CD et de nous faire entendre et nous présenter une chanson de son choix, d’une chanteuse francophone. Du coup, il fallait pouvoir écouter ces chansons, et ce soir-là, nous avons été autour de 30 personnes à écouter…

La qualité de l’installation a tout sauf passée inaperçue: les participants ont immédiatement été subjugués par la qualité de restitution de la musique, au point que l'”Atelier des “Veillées à la maison”, qui les organise, a proposé qu’on invite ultérieurement M. Brand à une veillée pour qu’il nous parle de sa passion.

Pour mon installation Hifi pourtant, il manque encore quelques éléments qui vont venir s’ajouter ces prochains mois: une platine pour lire les “disques noirs”, les vinyles, et un grand ampli dont les 6 sorties seront utilisées pour connecter séparément le caisson des basses, les medium et les aigus: on pourra les régler séparément, et ainsi optimiser au maximum la “balance” entre les 3 plages de fréquences sonores et gagner encore en qualité de sonorité. En dernier lieu, ultérieurement, un nouveau lecteur de CD, encore meilleur que l’actuel, mais surtout, qui lira les CD de tecnnologie SACD, qu’on achète de plus en plus souvent sans le savoir: nos lecteurs de CD traditionnels lisent sans difficulté ces nouveaux arrivés qui ressemblent comme 2 frères jumaux aux lecteurs CD habituels; mais un lecteur de SACD lit ces CD-là, plus performants, en utilisant toute l’information qu’ils contiennent pour avoir encore un rendu plus fin dans tous les domaines: finesse des timbres, des nuances, de la dynamique du son, etc.

Vous voyez, ce n’est pas simple, et il faut tout-de-même investir au départ, outre pas mal de temps, des sommes non négligeables, mais on peut parfaitement fractionner l’opération, et acheter progressivement les diverses composantes, au fur et à mesure qu’on parvient à rassembler le montant nécessaire à l’achat d’un nouvel élément ! On peut aussi choisir de mettre le prix essentiellement pour les enceintes acoustiques, l’élément essentiel de la restitution du son, et de se cantonner à des éléments moins coûteux pour les amplis et préampli, un petit peu plus quand-même pour le lecteur de CD, un élément assez important pour la restitution d’une bonne qualité sonore…

En tous les cas, je vous invite vivement à rencontrer M. Brand, qui maîtrise parfaitement la question, qui a fignolé ses enceintes acoustiques pendant pas moins de 7 ans, pour un résultat vraiment magnifique. Il vous accueillera avec une grande gentillesse et beaucoup de passion. Il ne pousse pas à l’achat à tout prix. Faites au moins la découverte de cet univers sonore, vous ne le regretterez pas !