Agenda des concerts

2021
Septembre

Comme chaque année, La Goulue accueille de jeunes musiciens, étudiants en classe professionnelle de la HEM (Haute École de Musique) Kalaidos. Comme chaque année aussi, nous ne savons qu’assez tard quels seront les noms des étudiants qui vont se produire chez nous, et leur programme musical.

En l’état de nos connaissances actuelles, nous devrions accueillir en tout cas, comme l’année dernière, les deux pianistes Kseniya Mardyan et Mariam Ohanyan, élèves du professeur M. Lorris Sevhonkian, et peut-être Mihai Boitan, élève de M. Marc-Henri Aubert. Ce dernier nom reste à confirmer, avec l’éventuelle participation d’une ou deux personnes supplémentaires.

S’agissant du programme des 2 premières pianistes mentionnées, les compositeurs suivants devraient être à l’affiche: Scriabine, Rachmaninoff et Khatchaturian, dont une transcription pour piano 4 mains de la célèbre “Danse du sabre” de ce dernier, qui devrait faire beaucoup d’effet !

Nous pouvons vous dire que chaque année, ces concerts, relativement bien fréquentés, nous permettent de découvrir de vrais talents musicaux et de passer une soirée captivante en leur compagnie…

Informations plus détaillées suivront dès que possible…

Octobre

La Goulue accueille pour la seconde fois le pianiste Lucas Buclin, qui a de nombreuses cordes à son arc. S’il était venu la première fois accompagner une chanteuse, cette fois, il vient en solo animer en musique un film muet qui sera projeté à La Goulue: “Monte-Cristo”, d’Emmett J. Flynn (1922). Une expérience qui constitue une première à La Goulue ! Et qui devrait vous offrir un moment rare et inoubliable, vous permettant tout à la fois de (re)découvrir un tout vieux film, projeté dans les conditions qui étaient celles d’époque, soit avec un accompagnement musical qui était la plupart du temps improvisé.

Venez nombreux assister à cette première !

Ce trio est composé du violoniste Vincent Brunel, de la violoncelliste Aude Pivôt et de la pianiste Yukiko Tanaka.

Ces trois jeunes artistes, qui ont chacune et chacun bourlingué dans divers répertoires et diverses formations musicales, nous proposent ici un programme en trois parties, qui verront se succéder le “Trio en mi bémol majeur” de Franz Schubert, le “1er Trio élégiaque” de Serguei Rachmaninov, et finalement “D’un matin de printemps”, de Lili Boulanger.

Novembre

Cet excellent trio composé de Layla Ramezan, piano; Valérie Bernard, violon/alto; Blaise Ubaldini, clarinette, des “régionaux de l’étape” qui gravitent volontiers autour de l'”Oriental” à Vevey, donne dans l’originalité et …la facétie… L’originalité se traduira par un programme autour du thème De Budapest à Yerevan, avec compositions issues de thèmes folkloriques. Le voyage part d’Arménie, avec un petit crochet par l’Iran et par la Turquie, puis la mer Égée sera traversée pour faire une nouvelle escale en Grèce, puis “monter” en Hongrie, terminus du périple musical !

Lire la suite…

2022
Mars

Les amis, que diriez-vous si nous nous offrions une promenade musicale à travers le siècle… Bien sûr, le XXe, quel autre ? Mais qui pourrait bien nous offrir cette petite gâterie rare ? Ben la Compagnie des Singes, bien sûr, au travers d’un petit spectacle musical, fruit d’une exploration des innombrables perles de chansons ayant presque toutes sombré dans l’oubli, mais bien injustement, on vous l’assure ! Oh, il y aura quand-même moyen de retrouver quelques connues… Et comptez pas sur moi pour vous dévoiler les titres: faut venir, et ils vous feront découvrir tout ça mieux qu’une liste de chansons, pi faut pas effeuiller la belle, vous la découvrirez à La Goulue sous ses plus beaux atours, je ne vous dit que ça…

Ah oui: la Compagnie des Singes, Kesako ? Une fameuse bande de copains, qui poussent méchamment bien la chansonnette, avec force gags, petites anecdotes et clins d’oeil divers. OK, vous voulez la liste des potes, ben la voilà: en tout bien tout honneur, la dame d’abord: Claudine Berthet la tendre, puis Frank Arnaudon, qui, outre chanter, met en scène le tout. Puis Frank Michaux bien sûr, et last but not least: Paul Kapp, sans le piano duquel les chansons seraient bien à nu, et qui mitonne des petits bijoux d’arrangements.

La Compagnie des Singes

Donc plongée dans le Paris des cabarets et autres petits théâtres et salles de concerts plus ou moins importantes… mais surtout les cabarets: c’est dans ces lieux mythiques que se découvrait surtout la musique…

Alors, vous venez ? Allez, voilà qui va vous faire oublier le blues du covid et retrouver un peu de chaleur humaine; masque ou pas, il n’y en aura ni sur vos oreilles, ni dans votre coeur, et vous rirez de bon coeur, même masqué-e-s ! Les singes, de toute façon, sauront vous démasquer…

Réservez, le nombre de places est toujours limité à 20, ce sera vite complet, et les premiers annoncés seront les premiers servis, bien sûr…